Bien Nourri

La garantie que votre cheval obtienne une alimentation équilibrée et riche dans toutes les vitamines nécessaires, les minerais et les oligoéléments est difficile. Après tout, il y a tellement de choisir et il y a tant de facteurs à prendre en compte.

Puisqu’il va être monté quelques fois pendant la semaine, nous nous devons assurer qu’à ce moment il a assez d’énergie ainsi une alimentation d’énergie/sport est évidemment nécessaire. Mais pour s’assurer que son peux est bien conditionné, qu’il est vigilant et qu’il n’est pas trop capricieux, nous devrions ajouter quelques suppléments pour la bonne mesure; et cela qui n’aide pas exactement, ne fera aucun mal non plus.

Naturellement il voudra être alimenté à intervalles réguliers; ceci signifie au moins deux repas parjour, 7 jours par semaine – il ne serait pas juste s’il obtenait seulement alimenté les jours où il a été monté.

Juste comme le cheval sauvage… Hmmm. Mauvaise comparaison. Mais d’autre part, notre cheval domestique n’est pas un peu comme le cheval sauvage – il seulement doit fournir pour faire court des périodes et de toute façon, il a besoin des suppléments parce que son alimentation ne contient pas tout qu’il devrait obtenir.

Tristement ce sont certaines des raisons que nos chevaux deviennent trop gros, souffrent de la colique, sont nerveuses, capricieuses ou uncontrolable et peuvent même causer des conditions sérieusement potentiellement mortelles telles que la fourbure. En dépit de son régime sobre, le cheval sauvage est tout à fait capable de la fuite rapidement, maintenant un trot régulier pendant des longues périodes, n’en souffre aucun des problèmes de la fourbure et n’a aucun recours aux suppléments.

Plusieurs des problèmes que nous associons à nos chevaux sont imputables aux “pieds, aliments et facilités” et pas moins dont, alimentation. En donnant la nourriture dure et concentrée à notre cheval, il obtient une secousse d’énergie qu’il souvent ne peut pas correctement assimiler. Des chevaux sont conçus– soient ils sauvages ou domestiques – pour manger un régime sobre presque non-stop tout au long du jour (et de la nuit). Leurs intestins contiennent une soupe spécialisée des bactéries particulièrement multipliées pour décomposer la cellulose avec la grande efficacité. Leurs muscles le plus spécifiquement sont conçus pour la vigueur et fonctionnent le plus efficacement dans un environnement anaérobie. En alimentant le « prêt-à-manger » qui est souvent haut en sucres, le tonus musculaire change et les muscles brûlent l’énergie en conditions aérobies à un très haut – si extrêmement efficace– débit pendant les court périodes. Ceci donne à notre cheval vraiment beaucoup de vigueur plus restreinte et augmente les occasions que notre cheval est nerveux ou trop plein de l’énergie au moment même où nous voudrions qu’il soit rétif.

Quand on donne des chevaux des grains ou des granulées, ce qui a pour effet de détruire un grand nombre de bactéries dans le caecum en augmentant l’acidité. Le métabolisme est perturbé et il est possible on aura du mal à garder le poids du cheval régulier. En outre, cette nourriture abîme les cilia, les poils fins, qui tapissent les parois de l’intestin.

Des chevaux qui sucent l’air ou mâchent sur lesportes et les séparations écuries sont ennuyés et vraiment juste essayant d’absorber l’énergie haute renfermée – un type d’énergie qu’ils ne devraient pas avoir.

Pour cette raison, nous donnons à nos chevaux toutes sortes de suppléments merveilleux. Seulement quand nous ajoutons tous les différents ingrédients, nous notons tout à fait souvent que les divers éléments sont bien plus de la dose quotidienne. « Aucun problème, » vous pouvez penser; ce qui n’obtient pas utilisé sera juste excrété. Pas du tout! La quantité de vitamines, deminerais et d’oligoéléments est tout à fait finement réglée. Dans le régime d’un cheval sauvage, ces choses sont naturellement équilibrées dans la nourriture; chez le cheval domestique, nous ajoutons et jonglons à volonté. Dans la mesure où nous posons probablement plus de problèmes quenous résolvons. L’équilibre fin est bouleversé et le surdosage d’un élément nie fréquemment le dosage correct des autres. L’action d’une est empêchée par l’action excessif des autres.

Ainsi quel est meilleur pour nos chevaux ? Simplement une nourriture éparse, variée et pauvre mais de qualité; pas des herbes très riches comme les plusieurs de pâturage en Europe Nord. Quand il n’y a pas assez de nourriture libre, vous pouvez les nourrir de foin ! Et continu.