Devenir Pieds Nus

Bien sûr nous savons tous que sans fers, notre cheval portera ses sabots vers le bas trop vite sur un sol dur, peu auront la poignée sur un sol mou, trouve qu’il est douloureux de marcher sur les pierres, de gravier et gravillons et est probablement aussi ne pas aller chercher tout les tendons endommagés. Un maréchal-ferrant vous dira ceci ainsi que de nombreux vétérinaires et professionnels au sein de la Fraternité de cheval.

Et pourtant, il y a un mouvement croissant vers pieds nus. Pourquoi?

Beaucoup de nos convictions sont basés sur l’habitude. Au risque d’errance hors sujet, pense un instant sur deux autres «règles» que nous avons en ce qui concerne la manipulation des chevaux:

  1. toujours monter sur votre cheval du côté gauche et jamais du côté droite.
  2. toujours conduire votre cheval du côté gauche et jamais du côté droite.

Ceux-ci sont très sensibles et des règles irréfutables – comme vous êtes un chevalier avec une énorme épée sur votre hanche gauche ! La seule raison pour laquelle que nous pourrions éviter le montage du côté droit ces jours-ci est parce que notre cheval ne sert pas à elle – qui signifie qu’il est grand temps qu’il était. Après tout, si nous sommes dans une situation où le montage de la gauche est impossible, alors nous avons un problème.

Et qu’en est-il conduisant le cheval? Encore une fois, cette épée. Sans elle, vous êtes libre de marcher sur chaque côté – avec montage, ce peut être très souhaitable selon le terrein où vous marchez.
J’enseigne l’équitation handicapés dans, entre autres, une manège. Naturellement, les chevaux ne font pas juste les circuits à gauche, ils font ceux de droite aussi. Lorsque nous menons les chevaux – ce qui est très souvent le cas, étant donné que nos cavaliers sont souvent incapables de prendre le contrôle total de leur cheval – nous conduisent toujours du côté loin du mur; être pris au piège entre un mur et 650Kg de cheval frison est quelque chose, on a tendance à essayer d’éviter. Santé et sécurité ne sont pas non plus vif. Nos chevaux sont très heureux d’être guidé du côté droit.

Que nous disent ces points? Nous sommes tout simplement, s’inclinant à la tradition et pas au sens commun.
Si nous regardons les chevaux sauvages, ils sont déferrés, peut marcher de longues distances (/trot/galop) et ont des problèmes de sabot négligeable. Alors pourquoi pas le cheval domestique?

Certes, notre cheval domestique est ne pas vivant à l’état sauvage et ne dispose pas de l’usure naturelle véritablement de ses sabots qui a le cheval sauvage, mais cela n’empêche pas notre cheval domestique de marcher pieds nus. Au contraire, puisque notre cheval domestique ne recouvre pas de grandes distances, puis encore plus de raisons d’aller pieds nus – ses sabots certainement ne sera pas obtenir usés trop vite !

Nous allons donc regarder les arguments à nouveau:

  • Usure sur un sol dur: les parties les plus importantes du sabot liée à son contact avec le sol sont la fourchette et les glomes et la structure sous-jacentes qu’elles protègent. Cette structure est le coussinet plantaire qui, à l’usage, va croître (quasiment sans exception, les chevaux ferrés ont des coussinets atrophiés). Les surfaces externes se développent en une couche protectrice épaisse.
  • Poignée réduite sur le terrain plus souple: un cheval va générer autant grip sur sol mou, avec les pieds nus, comme avec les fers. En effet, à cause du mécanisme du sabot et l’adhérence générée par une fourchette entièrement développée, le sabot nu génère effectivement plus d’adhérence que les fers classiques. La seule exception est le fer clouté; une solution applicable uniquement dans des circonstances très restrictives. Goujons ne doivent jamais servir sur un sol dur, car ils réduisent l’équilibre et l’adhérence des sabots à un niveau dangereux, auquel cas les risques de dommages articulaires et tendineux sont déclenchés énormément. Sur un sol mou, ils sont moins de problèmes jusqu’à ce qu’ils rencontrent une pierre ou lorsque le cheval effectue un virage rapid. Encore une fois, le risque de lésions articulaires et tendineux est grandement amélioré.
  • Pieds sensibles sur sol meuble: comme avec les humains – et tout autre animal, en fait – un usage accru créera la peau durcie (les briqueteurs ne sont pas nés avec une peau dure sur les mains – il développe avec utilisation; de même plus quand nous marchons pieds nus nous développons la peau plus endurcie sur la sole de nos pieds). Une exposition régulière à un sol rugueux, ainsi que le mécanisme du sabot accrue, rapidement encouragera le durcissement de la fourchette et les glomes, et de la sole, et le cheval domestique n’aura aucuns plus de problèmes avec ce genre de surface.
  • Un cheval déferré est une blessure au tendon à retardement: les tendons sont extrêmement dur. Ils sont très difficiles à endommager sous utilisation normale/correct. Lorsqu’ils ne souffrent pas de dégâts, est lorsqu’ils subissent un effet de fouet. Comme n’importe quel sportif qui a subi des dommages de tendon peut en témoigner, le préjudice est causé par un mouvement brusque et pas simplement en l’étirant. Comment est-ce lié à la le cheval? Si nous regardons le pied avant du cheval, il forme un arc vers l’avant en mouvement; si cet arc avant est maintenu lorsque le contact est établi avec le sol, puis la jambe «s’enclenche» en un arc en arrière – c’est ce clin d’oeil, ou de fouet, effet qui est tellement dommageable pour les tendons. Un cheval ferré a moins de temps pour redresser sa jambe avant de prendre contact avec le sol; c’est à cause de l’élan supplémentaire causé par le poids du fer à cheval à l’extrémité de la jambe. En outre, un sabot naturellement taillée, sont plus courtes dans l’orteil, a un moment plus court et les terres – comme prévu – sur le talon et non sur l’orteil. Vous pouvez essayer vous-même – essayez de courir avec des chaussures de course plus grandes!

Ces points sont tous traités individuellement ailleurs sur ce site et sur bien d’autres, y compris ceux de la liste de liens.