Accueil

CORONAVIRUS / COVID-19

En cette période de crise sanitaire, Sabots Libres a pris la décision d’annuler tous les rendez-vous prévus et de ne pas accepter des nouveaux jusqu’a nouvel ordre. C’est aussi une bonne occasion (pour nous aussi!) de corriger certaines habitudes et d’adopter des gestes/comportements plus sains, qu’il sera bon de conserver après:

  • éternuer ou tousser dans son coude, et pas dans sa main. Pas si facile, après des années de mauvaise pratique! Mais on finira par s’y faire…
  • porter un masque pour éviter de postillonner/éternuer/tousser sur les autres quand on est malade. Il faudrait généraliser cette protection, même pour un bête rhume
  • rester chez soi quand on ne se sent pas bien

L’entretien des chevaux pieds nus sur une base scientifique.

Pourquoi scientifique? Parce que la mise au point de l’entretien des chevaux pieds nus est l’aboutissement d’une démarche réfléchie : observation, théorisation, expérimentation. Observation de la déformation progressive des pieds ferrés et des pathologies associées au ferrage; observation des sabots « naturels » des chevaux libres aux Etats-Unis, par exemple par Jaime Jackson et Pete Ramey, maréchaux-ferrants eux aussi; comparaison de la structure interne des pieds ferrés et non ferrés -en particulier l’atrophie ou le développement du coussinet digital-, entre autres par la vétérinaire allemande Hiltrud Strasser et Swedish Horse Hoof… De ces observations est née la volonté de reproduire la forme d’un sabot « sauvage » grâce à l’entretien que prend populairement l’appellation « parage naturel ». Théorisation du fonctionnement du pied : quelles fonctions, quelles contraintes pour chaque élément du sabot, du pied, du squelette ? Pierre Enoff a ici largement contribué à la compréhension de la locomotion du cheval par son étude mécanistique, qui aboutit à des conclusions en opposition flagrante avec les concepts traditionnels (la paroi n’est pas l’élément porteur ; la fourchette est l’organe essentiel du sabot ; les talons doivent être bas). D’où une rationalisation des objectifs du parage : conserver un fonctionnement optimal du pied, mais aussi nettoyer les zones attaquées par les bactéries : c’est le « entretien hygiénique ». Par ailleurs, tous s’accordent à reconnaître l’importance d’une approche holistique du cheval : pied, alimentation, environnement, mode de vie… Expérimentation : la mise en pratique de cette théorie par le biais de l’entretien a confirmé sa validité depuis longtemps, sur tous types d’équidés -chevaux lourds, poneys, ânes- et pour toutes activités : promenade et randonnée, bien sûr, mais aussi CSO et endurance. Elle a aussi permis de soigner seimes et fourmilières, et de sauver maints chevaux « naviculaires » ou fourbus de l’euthanasie…
Voyez aussi notre site principal : en françaisen anglais ou en néerlandais See also our principal site : in Frenchin English or in Dutch Kijk ook op onze hoofdsite : in het Fransin het Engels of in het Nederlands